COLLECTION n°5

LOTHAR HEMPEL / ALICJA KWADE / ELLA MIEVOVSKY / ANNE NEUKAMP / MARNIE WEBER


at Interior and the collectors, 12 rue Bellièvre, Lyon 5 (fr)


According to Gaston Bachelard, the house has a strong symbolic in its verticality. It is occured by a duality in its very structure and a delimitation between interiority and exteriority.

Guest artists inaugurate each part of a nineteenth house, from basement to attic, making the visit an intimate and almost initiatory path.  
The artworks were chosen with the artists to reveal the house as an entity. Anne Neukamp takes over the living room with exploded and recomposed images.

Strange sounds escaping from the basement. Marnie Weber probe the depths of the cellar and our unconscious through a history of wandering girls and their puppet doubles. Alicja Kwade presents a new sculpture in the courtyard echoing the facades of Renaissance buildings. On the first floor, the room is intimate and even erotic soliciting the visitor in a game of glances between a voyeur on internet framing the body parts of young girls (Ella Mievovsky) and the presence of an hermaphrodite sculpture (Lothar Hempel).


Without answering a particular topic, the works maintain a form of reconciliation. A reconciliation between genders and eras, a guarantee of an evolution that wouldn’t be only progessive but rather intuitive



Selon Gaston Bachelard, la maison a une symbolique très forte dans sa verticalité. Elle est traversée par une dualité dans sa structure même et sa délimitation entre l’intériorité et l’extériorité.

Les artistes invités Lothar Hempel, Alicja Kwade, Ella Mievovsky, Anne Neukamp et Marnie Weber investissent chaque pièce d’une maison du XIXe, de la cave au grenier, faisant de la visite un parcours intime et presque initiatique. Les oeuvres ont été choisies avec les artistes pour révéler cette maison comme une entité à part entière. Anne Neukamp envahit le salon avec des images éclatées et recomposées.

Des sons étranges s’échappent du sous-sol. Marnie Weber sonde les entrailles de la cave et de notre inconscient à travers une histoire de jeunes filles errantes et de leurs doubles en marionnette. Alicja Kwade présente une nouvelle sculpture dans la cour intérieure en écho aux façades des immeubles Renaissance. Au premier étage, la chambre est intime voire érotique en sollicitant le visiteur dans un jeu de regards entre un voyeur sur internet cadrant les parties de corps de jeunes filles (Ella Mievovsky) et la présence d’une sculpture hermaphrodite à taille humaine (Lothar Hempel).

Sans répondre à une thématique particulière, les oeuvres entretiennent une forme de réconciliation. Une réconciliation entre les genres et les époques, gage d’une évolution non pas progressiste mais intuitive du monde.


Press release

© 2020 Interior and the collectors / Legal terms